Journal

Accueil > Le quotidien : > L’art châtré

L’art châtré

vendredi 31 janvier 2020, par Ahmed Slama

… toujours vissé, comme habitude, chaise plastique d’une terrasse quelconque, le fameux cliché qui a surgi et comme une résonance, illustration parfaite de ce que je bramais face caméra – ici – un art pas simplement domestiqué, un art châtré et c’est dont il est bien question un art châtré... le professeur Choron, dans l’exceptionnel documentaire de Pierre Carles : "Choron dernière", Choron gueulant "on m’a castré, on m’a châtré quand on m’a retiré Charlie", non c’est pas Choron qu’on a castré, c’est Charlie qu’on a castré, qu’on a châtré en lui retirant Choron, une fois fait, on lui a ensuite délicatement retiré les griffes, toutes griffes, comme ces chats domestiqués, ces chats d’appartement et d’apparat, et c’est pas moi qui le dit, pour les griffes, c’est Cavana (encore une fois dans ce formidable documentaire) feignant que ça lui ait échappé, qui le glisse, mais à la réflexion, non, pas d’accord avec Cavana, on a pas retiré ses griffes, à Charlie, on les a délicatement aiguisées ces griffes, subrepticement retournées ces griffes sur les musulmans, les pauvres, les syndicats, les classes dominées en somme,

Nous voici dans l’aire de l’art châtré, même quand il veut ou quand il essaye de dénoncer – laissons-lui le bénéfice du doute –, il est impuissant, 30 ou 40 ans de renoncements ; de dépolitisation, d’abandon des classes populaires, 30 ans à taper sur les plus banlieues, 30 ans à les laisser à la violence policière, à la répression d’état, ils et elles se réveillent, trop tard, ils sont châtrés, le fil est perdu, rompu, inaudibles, et on ne veut même pas les écouter, qu’ils aillent crever (je reprends Choron – c’était dans droit de réponse - qui criait ça à la gueule des lycées des années 80, ces lycéens déjà dépolitisés, qui n’ont cessé de se dépolitiser et d’épouser les carrières), eux qui ont coupé le fil de l’insurrection, qu’ils aillent eux et elles crever et la gueule ouverte si possible auprès de ces pouvoirs successifs avec lequel ils ont si largement copiné ! qu’ils aillent tous crever eux qui ont abandonné, nous ont abandonné et leurs amis de la classe au pouvoir, crevez !

François Cavana sur les dessinateurs de Charlie (à partir de 4:00), extrait de "Choron dernière" film de Pierre Carles :

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?