Journal

Accueil > Le quotidien : > Entendre la parole ouvrière

Entendre la parole ouvrière

lundi 10 février 2020, par Ahmed Slama

… pris du retard sur tout. Le travail quotidien de l’écrit, demi-heure qui se mue souvent en 4, 2 heures donc, d’écrits, retard sur les lectures, la pile qui ne cesse de croître sur le meuble, se concentrer d’abord sur la vidéo, le week-end, le temps libre, le temps libéré non de travail, mais de l’emploi – ce dernier étant simplement un travail pour lequel on perçoit un salaire économique –, se focaliser sur la vidéo, l’écrire d’abord, bien sûr, vendredi puis samedi ; sujet fixé, Blanqui, l’écriture directe qui arme directe de Blanqui, temps de violences policières, temps où apparaît plus que jamais la farce de la démocratie représentative, temps où le pouvoir passe par le force, plus que jamais un temps à Blanqui, écriture donc de la vidéo, achevée avec ce problème toujours posé du monde de l’image, comment illustrer le XIXème siècle ? Mais on passe, ça posera plus tard, au montage, on enjambe la question, et on tourne, mais non ? Ces mots que j’articule, face caméra, ça ne marche pas, qu’est-ce qui ne marche pas ? Les références, mes références pour le XIXème, là où Blanqui parle action directe, écrit l’insurrection, moi je plaque du Barthes et du Bourdieu, j’oblitère comme eux, comme beaucoup la classe ouvrière, la parole ouvrière du XIXème, de ceux et de celles qui ont fait le XIXème,

… encore du retard donc, là où je voulais que ma vidéo paraisse pour l’anniversaire de Blanqui, 8 février, puis avec le papier purement statistique au sujet du masque et la plume, encore retard, puis avec ce courriel venu du fond de la nuit, correction du papier, révision des statistiques, encore retard, se demander pourquoi ce papier qui a pris pas mal de temps, pourquoi ce papier qu’il a fallu défendre sur les réseaux, pourquoi ce papier chronophage qui au fond n’atteindra que ceux et celles qui savent, connaissent et subissent la main mise des groupes éditoriaux et de leurs stratégies, alors que de temps on n’en manque toujours de temps, le répartir, l’organiser au mieux la manière (non pas de l’employer, car temps n’égale pas forcément argent contrairement à l’adage), mais de le faire travailler le temps,

… consolation, commentaire d’une libraire : « J’écoutais souvent le masque et la plume en librairie pour me tenir au courant des publications desquelles justement je passe à côté », peut-être n’était-ce pas inutile, ou au moins ça a permis de donner du chiffre là où on en était qu’à l’impression,

… ça rassure, mais ça ne fait en rien diminuer la pile de livres qui croît, ces livres qui n’y croient plus – jamais il viendra vers nous –, et la refonte du texte de la vidéo, moins de Bourdieu, moins de Barthes, plus d’ouvriers du XIXème, entendre Cousin-Vesseron, entendre Grignon, entendre Noiret, et tant d’autres ; la parole ouvrière, l’écrit des ouvriers qui écrit dans la nuit, la nuit des prolétaires,

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?