Journal

Accueil > Le quotidien : > 18/12/2019

18/12/2019

samedi 18 janvier 2020, par Ahmed Slama

… l’habitude de les voir, partout, on défile dans les rues et à chaque trouée, ils sont là, exhibant leurs poses les plus belliqueuses, c’est leur job, un emploi et quel emploi, affecter sans pause aucune cette pose, à chaque rue, ruelle, joignant les extrémités des façades, des plots rien que des plots avec leur fourgons stationnés, leurs casques, les matraques bien sûr l’attirail répressif, ils sont là, juste là, innombrables répliques du même. Une question, y a un original, l’original dupliqué, le patient zéro à euthanasier ? Y a-t-il au moins un original ? Ou plutôt un marginal qui se démarquerait ? Qui viendrait avec nous. Et qu’on dupliquerait, lui. Non, ils restent là. Pas bouger. Pas ruiner la pose. Les uns dessus les autres. Les unes fourrées dans les uns. Les autres sous les uns. Les uns agglomérés aux unes. Et ça continue sur des kilomètres, comme dans les films à faible budget, où la même scène de figurants tourne en boucle.

à Nation, ils se sont démultipliés, du bleu partout, encore du bleu toujours du bleu, ils ont pas l’air de se lasser de ce bleu, là aussi, partout alignés, les boucliers et la matraque, à Nation ça déboule et ça remplit la place, ça gueule bien sûr, ça hurle, ici, ici aussi toutes les issues bouchées, bouclées, et les blanc-bleu gyrophares qui se répercutent un peu partout. Face à rue Fabre d’Églantine, elle aussi bouchée par le vide sécuritaire, une torche. Poubelle allumée. Me demandez pas pourquoi. Le gars, masqué, cherche et demande un truc à brûler, quoi que ce soit histoire de maintenir le feu. Bleu blanc gyrophares face au rouge orangé. Il a trouvé, juste à côté, un vélo décortiqué en un tournemain. Pneu sur la poubelle. Ça chauffe, ça brûle. Ça pète. Pas de quoi s’émouvoir, rien à côté des lacrymos qui pleuvent, de l’autre côté de Nation. Ça brûle. Ça réchauffe. Ça annihile, un peu les blanc-bleu gyrophares. Les sommations qui commencent : quittez la place. Traduction : vous avez fait muse, dégagez. Y en a qui lentement, sortent. Y en a qui sagement font leurs paquets. Aller on se retrouve ici, ou là. Et cet instant, ce moment précis où... silence dans la place, ceux qui devaient partir sont partis. Ceux qui voulaient rester sont restés. On se contemple. Ça va. On est bien.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?