Journal

Accueil > Le quotidien : > 15/12/2019

15/12/2019

dimanche 15 décembre 2019, par Ahmed Slama

… place d’armes, plato, place des victoires... les places défilent, العربي بن مهيدي et تلمسان *, les avenues et les rues oranaises aussi sur les articles, malgré les années – un peu moins de dix – le temps de ces espaces m’est encore présent, temps morne de la vie oranaise et que l’on voudrait qu’il se prolonge, léthargie profonde de l’espace de ce temps émollient, espace fragmenté, le centre-ville que l’on désagrège sous prétexte de rénovation urbaine, les classes les plus populaires envoyées loin, très loin du centre, créer les conditions spatiales de la désunion,وهران ** de par sa situation de capitale économique du pays, le port qui s’étend et où l’on filtre les hommes et les femmes qui veulent fuir pour ne laisser passer que la marchandise, à quelques kilomètres, celui d’أرزيو *** et sa raffinerie d’où s’élancent les pétroliers à fort tonnage, pacifier وهران et sa région la faire revenir à sa léthargie, celle des classes les plus pauvres, parce que faut les voir et le front de mer aux buildings fluides et massifs, la corniche, la côte où s’étendent hôtels et bars inaccessibles à celles et ceux qui dans le cas où elles ou ils disposeraient d’une voiture pour s’y rendre, pas les moyens, faut y regarder du côté des villas rococos qui s’agencent et tracent les territoires favorisés,

amuïr donc d’abord les mouvements de وهران et l’oranie, s’assurer, se rassurer, la rente d’abord, sa stabilité, rente, du magot, puis l’esprit serein progresser doucement vers le centre et le reste du pays, l’Agérie matérialise plus que tout autre pays et l’escroquerie de la démocratie représentative, un emballage dont il faut s’assurer la solidité du paquet pour rafler la mise et rafler les opposants, les faire disparaître, car les lois antiterroristes votées encore efficientes facilitent d’autant mieux la répression antirévolutionnaire, effectif en France aussi****,

*Larbi Ben M’hidi et Tlemcen
** Wahran, oran en arabe
*** Arzew
**** François Hollande : « « Imaginons qu’il n’y ait pas eu les attentats, on n’aurait pas pu interpeller les zadistes pour les empêcher de venir manifester. Cela a été une facilité apportée par l’état d’urgence, pour d’autres raisons que la lutte contre le terrorisme, pour éviter qu’il y ait des échauffourées. On l’assume parce qu’il y a la COP. »

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?